Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Prévention: test VIH

Fil des billets

mardi 21 décembre 2010

Peut-on effectuer le test de dépistage sous le couvert de l'anonymat tout en étant mineur ?

Oui, c'est possible. Le test de dépistage, qu'il soit effectué de manière anonyme ou par le médecin traitant, demeure une affaire strictement personnelle qui présuppose la capacité de jugement, mais non la majorité civile. En d'autres termes, une personne mineure peut faire le test anonymement sans l'accord du / de la représentant(e) légal(e).

Ne pratique-t-on pas automatiquement un test de dépistage lors d'un bilan médical ?

Non, pour un test de dépistage du VIH, vous devez nécessairement donner votre consentement exprès. Par conséquent, personne ne peut vous obliger à en faire un ou le faire sur vous en cachette. En d'autres termes, cela signifie aussi que, lors d'examens médicaux ou d'interventions que vous pourriez avoir subis par le passé, vous n'avez pas effectué un test VIH automatiquement sans que l'on vous en informe.

Puis-je faire le test sans que personne ne le sache ?

Dans les hôpitaux et les laboratoires, les tests peuvent être réalisés en principe sans que vous ayez à indiquer votre nom. Le test est anonyme. Faites part de votre souhait de faire un test anonyme aux collaborateurs par exemple de la consultation sida, sans indiquer votre nom.\nUn test chez votre médecin traitant est soumis au secret médical. Toutefois, cela ne veut pas dire que le test sera automatiquement anonyme: si la caisse-maladie paye le test, la facture l'informe qu'un test a été effectué. Le résultat ne figure pas sur la facture, mais il est consigné dans le dossier du médecin traitant, ce qui pourrait créer des problèmes ultérieurement en matière d'assurance. Si vous souhaitez faire le test VIH de façon anonyme chez votre médecin traitant et ne voulez pas que le résultat figure dans votre dossier médical, vous devez lui faire part expressément de vos souhaits. Renseignez-vous au préalable auprès de l'antenne régionale de l'ASS.

Que le test soit réalisé à l'hôpital, en laboratoire ou chez le médecin, tout résultat positif doit être communiqué à l'Office fédéral de la santé publique en vertu de l'ordonnance sur la déclaration. Ces données sont importantes pour le contrôle de l'épidémie et servent également au travail de prévention. Depuis le 1er mars 1999, les formulaires correspondants contiennent, outre l'indication du sexe, de la date de naissance et du canton de domicile, l'initiale suivie du nombre de lettres du prénom (p. ex. S6). Il s'agit de détecter les éventuelles déclarations à double, autrement dit plusieurs résultats de tests positifs pour la même personne. Mais c'est aussi une garantie pour vous que vos données parviennent au bureau des déclarations sous forme anonyme : personne ne peut retrouver votre identité à partir de ces données

Où puis-je me faire tester ?

Les antennes régionales de l'ASS ne proposent généralement pas elles-mêmes un test VIH, mais elles peuvent vous donner des conseils sur les différents aspects du test et vous indiquer où vous rendre de préférence pour faire le test. Les tests VIH sont pratiqués en toute compétence aux endroits suivants:

  • Les grands hôpitaux (universitaires) de Suisse proposent un test VIH anonyme (adresses et numéros de téléphone). Renseignez-vous sur les horaires auprès des services correspondants.
  • A Genève et Zurich, les homosexuels peuvent faire le test VIH dans un centre Checkpoint. Renseignez-vous auprès de Checkpoint Genève ou Checkpoint Zurich pour connaître les heures d'ouverture et de consultation.

Si vous avez eu un entretien de conseil et que vous décidez de faire un test VIH, vous avez encore les possibilités suivantes :

  • Les laboratoires médicaux privés proposent également un test VIH anonyme.
  • Sur demande, votre médecin traitant peut aussi procéder au test VIH. Ici se pose toutefois la question de l'anonymat.

Dois-je me faire conseiller avant de faire un test VIH ?

Demandez des informations sur les différents aspects du test avant de décider d'en faire un (risque de transmission, aspects juridiques, etc.). En cas d'incertitude ou si vous avez des questions, un entretien avec l'une des antennes régionales de l'ASS peut vous aider. Il en va de même après un test VIH. On vous y conseillera volontiers, par téléphone ou sur place. En général, les antennes régionales ne proposent pas elles-mêmes un test VIH, mais elles peuvent vous offrir un suivi et un soutien psychologique au cours de cette période.

Sur le principe, il faut savoir que tout centre de dépistage (clinique universitaire, cabinet médical ou laboratoire) doit vous fournir des conseils en suffisance avant un test VIH. Insistez pour avoir un entretien !

Ne peut-on pas faire le test avant le délai de trois mois ?

Le test VIH utilisé couramment à l'heure actuelle en Suisse est un test combiné qui détecte la présence dans le sang d'anticorps et de composants du virus (antigène p24). Etant donné que des composants du virus apparaissent relativement rapidement dans le sang suite à une infection au VIH, le test combiné permet de révéler une infection éventuellement après quelques semaines déjà .

Un test combiné s'avère utile lorsque, durant les premières semaines qui suivent une situation indubitablement à risque, des symptômes physiques apparaissent, étayant le soupà§on qu'une infection s'est produite (voir Symptômes). En cas de sérieux soupçon, un premier test peut donc s'effectuer déjà entre deux et six semaines après une situation à risque.

Si ce premier test est "négatif", le résultat n'est pas encore sûr: il se peut qu'il n'y ait pas eu d'infection. Mais il est aussi possible qu'il y ait eu une infection que le test ne détecte pas encore. Soit l'organisme ne contient pas suffisamment de composants du virus (antigène p24), soit il n'a pas encore développé suffisamment d'anticorps. Quoi qu'il en soit, en présence d'un premier résultat négatif, il faut procéder à un deuxième test trois mois après la situation à risque. Seul ce deuxième test établit avec une certitude suffisante qu'il n'y a vraiment pas eu d'infection.

Si ce premier test est "positif" ou "incertain", on effectue un test de confirmation à l'aide d'un nouvel échantillon sanguin afin d'exclure avec certitude toute erreur de diagnostic. Si le test de confirmation s'avère lui aussi "positif", une infection au VIH a eu lieu.

A partir de quand un test VIH donne-t-il un résultat fiable ?

Le test VIH (test du sida) ne peut exclure une infection au VIH avec certitude que trois mois après l'exposition au risque. C'est le temps qu'il faut à l'organisme pour fabriquer des anticorps contre le virus suite à une éventuelle infection. Après trois mois, le résultat d'un test VIH est suffisamment fiable:

  • un résultat "négatif" signifie que le test n'a pas détecté de tels anticorps, autrement dit qu'il n'y a pas eu d'infection.
  • Un résultat "positif" signifie par contre que le test a détecté de tels anticorps et qu'il y a eu une infection au VIH.

Si vous faites le test avant l'échéance du délai d'attente de trois mois, il se peut que ce soit trop tôt : un résultat (encore) négatif pourrait en fait s'avérer positif lors d'un test ultérieur.

page 2 de 2 -